Il me reste mes chaussons…

Nous voilà re-confinés

et… la tendresse

Moins complètement qu’avant

A partir de deux, on compare

Nous étions sidérés, nous voilà déprimés

Il y a du noir en soirée

Le masque nous empêche de respirer

La maladie nous guette

Il semblerait qu’elle ne se contente plus des vieux

Je me souviens qu’en mars-avril,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *