Du manque à toucher…

Marceline

J’ai confiné en prenant soin de moi et des autres, en écoutant le silence et les agitations de mon jardin, en mesurant mes pensées entremêlées.

Quelques ridules sont apparues, ridules de l’enfermement, du manque à toucher les autres et du veuvage de la famille et des amis.

Mais la planète était alors enchantée, sacrée bien qu’encore armée…

Aujourd’hui il ne faut pas rebasculer !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *